Millepertuis : bienfaits, propriétés, vertus, posologie, avis (guide complet)

Désignation

Communément appelé Millepertuis, H. perforatum est une plante herbacée vivace à fleurs appartenant aux Clusiaceae (famille des mangoustans; alternativement, Hypericaceae et Guttiferae). Le genre Hypericum comprend environ 400 espèces d’herbes et d’arbustes.

Le millepertuis est considéré comme une plante médicinale depuis plus de 2000 ans. Les médecins grecs du premier siècle, Galen, Dioscorides, Pliny et Hippocrates, ont recommandé le millepertuis comme herbe diurétique et cicatrisante, comme traitement des troubles menstruels et en remède contre les vers intestinaux et les morsures de serpent. (1)

À quoi ressemble le millepertuis ? Où pousse-t-il ?

H. perforatum se compose d’herbes arbustives à ramification libre qui mesurent généralement de 40 à 80 cm de hauteur. Les tiges et les branches sont densément couvertes de feuilles oblongues à bord lisse qui mesurent de 1 à 3 cm de long. Les feuilles sont interrompues par de minuscules taches translucides qui sont évidentes lorsqu’elles sont maintenues à la lumière. Les parties supérieures des plantes matures peuvent produire plusieurs dizaines de fleurs jaunes à cinq pétales. Les bords des pétales sont généralement couverts de points noirs.

L’espèce est originaire d’Europe, mais s’est propagée dans des régions tempérées d’Asie, d’Afrique, d’Australie et d’Amérique du Nord et du Sud. (1)

Composition du millepertuis

Des études chimiques sur les composants de H. perforatum ont détecté sept groupes de composés médicinaux actifs. Les classes les plus courantes comprennent les naphtodianthrones, les phloroglucinols et les flavonoïdes (tels que les phénylpropanes, les glycosides de flavonol et les biflavones), ainsi que les huiles essentielles. Deux constituants actifs majeurs ont été identifiés : l’hypéricine (une naphtodianthrone) et l’hyperforine (un phloroglucinol).

Les flavonoïdes trouvés dans le millepertuis varient de 7% dans les tiges à 12% dans les fleurs et les feuilles. Les flavonoïdes comprennent :

  • les flavonols (kaempférol, quercétine)
  • les flavones (lutéoline)
  • les glycosides (hyperside, isoquercitrine et rutine)
  • les biflavones (biapi-génine)
  • l’ageoflavone
  • la myricétine
  • l’hyperine
  • les proanthocyanadines oligomériques
  • et la miquélianogénétique, qui sont tous apparentés.

La concentration de rutine est signalée à 1,6%.

Les extraits de millepertuis contiennent plusieurs classes de composés lipophiles ayant une valeur thérapeutique démontrée, y compris les dérivés du phloroglucinol et les huiles.

L’hyperforine, isolée à des concentrations de 2 à 4,5% est instable en présence de lumière et d’oxygène. Malgré de nombreuses tentatives de divers chercheurs, la synthèse totale de l’hyperforine n’a pas été réalisée à ce jour.

Les huiles essentielles se trouvent dans des concentrations allant de 0,05% à 0,9%.

D’autres composés de différentes classes ont été identifiés chez H. perforatum. Ceux-ci incluent les tanins (allant de 3% à 16%), les xanthones (1,28 mg / 100 g), les composés phénoliques (acide caféique, acide chlorogénique et acide p-coumarique) et l’hyperfoline. Les composés supplémentaires comprennent, dans une moindre mesure, les acides (nicotinique, myristique, palmitique et stéarique), les caroténoïdes, la choline, la pectine, les hydrocarbures et les alcools à longue chaîne.

Plusieurs acides aminés qui ont été isolés de l’herbe comprennent la cystéine, la glutamine, la leucine, la lysine et le GABA. (1)

Millepertuis : bienfaits, propriétés et vertues

Le millepertuis pour combattre la dépression

3 à 5% de la population mondiale souffre de dépression. Le trouble entraîne une série de symptômes tels que de forts sentiments de tristesse et de culpabilité, une perte d’intérêt ou de plaisir, des habitudes de sommeil irrégulières, une perte d’énergie, une diminution de la capacité de concentration et une augmentation ou une diminution de l’appétit.

La dépression provient d’une perturbation de la neurochimie cérébrale normale, en particulier d’une carence en neurotransmetteurs d’amine comme l’acétylcholine, la norépinéphrine, la dopamine et la sérotonine (5-hydroxytryptamine). (1)

Les premières recherches ont suggéré que l’hypéricine est le principal constituant antidépresseur du millepertuis, stimulant la circulation sanguine capillaire. Plus tard, des études sur les mitochondries du cerveau de rat ont révélé que l’hypéricine inhibe fortement les enzymes MAO-A et -B, impliquées dans la dégradation des neurotransmetteurs d’amine. Inhiber leur dégradation augmente leurs niveaux dans la synapse. L’hypéricine s’est également avérée avoir une forte affinité pour les récepteurs sigma, qui régulent les niveaux de dopamine. Elle agit également comme un récepteur antagoniste de l’adénosine, de la benzodiazépine, du GABA-A, du GABA-B et de l’inositol triphosphate, qui régulent les actions potentiellement provoquées par les neurotransmetteurs. Bien que l’on ait rapporté que l’hypéricine possède des propriétés antidépressives, elle ne peut pas à elle seule expliquer complètement l’activité antidépressive du millepertuis. (1)

Des recherches récentes se concentrent sur l’hyperforine comme agent antidépresseur. L’hyperforine est un puissant inhibiteur de recapture de la sérotonine, de la dopamine, de la noradrénaline, du GABA et du L-glutamate de la fente synaptique. Le blocage de la recapture de la sérotonine à partir de la fente synaptique atténue les symptômes de la dépression en permettant à la sérotonine de se lier aux récepteurs 5-HT et d’obtenir une plus grande réponse. (1)
Contrairement aux antidépresseurs synthétiques qui bloquent les récepteurs 5-HT, l’hyperforine inhibe l’absorption de la sérotonine en augmentant les concentrations intracellulaires de sodium et de calcium. Le mécanisme d’action de l’hyperforine est donc différent de celui utilisé par les antidépresseurs conventionnels, ouvrant peut-être la voie à une nouvelle classe d’antidépresseurs. (1)

L’hyperforine augmente également le nombre de récepteurs 5-HT, comme l’ont démontré des études sur le cerveau de rats (2), suggérant un possible bénéfice thérapeutique à long terme du traitement de millepertuis. Les essais cliniques ont également démontré que le niveau d’effet thérapeutique de l’extrait de millepertuis dépend directement de la concentration d’hyperforine (3).

Les propriétés antibactériennes et antivirales du millepertuis

Des extraits de H. perforatum ont été utilisés pendant des milliers d’années pour traiter les coupures, les écorchures et autres blessures. Son utilité pour réduire l’inflammation est bien connue et semble être liée, au moins en partie, à sa capacité à servir d’agent antibactérien. Des recherches récentes suggèrent également qu’il est utile dans la lutte contre les virus.

Des propriétés antibactériennes d’extraits de millepertuis ont été signalées par des scientifiques russes en 1959. Le principal composant antibactérien a été déterminé comme étant l’hyperforine. Des études montrent que l’hyperforine inhibe la croissance de certains types de micro-organismes et de classes de virus. Des études (4) ont indiqué que les fractions de flavonoïdes et de catéchines du millepertuis sont actives contre le virus de la grippe. Depuis 1988, les activités virucides de l’extrait d’hypéricine ont été étudiées (5) contre de nombreuses autres formes de virus. Les composés d’hypéricine sont efficaces contre les virus enveloppés, mais pas contre les virus non enveloppés.

Propriétés anti-cancer du millepertuis

L’hyperforine et l’hypéricine ont également été examinées pour leurs propriétés anticancéreuses.

Selon une étude (6), l’hyperforine inhibe la croissance des cellules tumorales in vitro. Le mécanisme implique l’activation de caspases, des enzymes jouant  un rôle essentiel dans la mort cellulaire programmée et l’inflammation

L’activité anticancéreuse de l’hypéricine est attribuée à ses propriétés photodynamiques. En présence de lumière et d’oxygène, l’hypéricine agit comme un puissant photosensibilisateur naturel, générant des radicaux superoxyde qui forment des molécules qui tuent les cellules tumorales. De cette façon, l’hypéricine peut être utilisée en tant que composant de la thérapie photodynamique. Au début, la thérapie photodynamique n’était utilisée que pour les lésions cutanées, mais elle est de plus en plus acceptée comme traitement pour de nombreux types de tumeurs.

Propriétés anti-âge, antioxydantes et neuroprotectrices du millepertuis

Des recherches récentes montrent que des extraits de H. perforatum diminuent le stress oxydatif et préviennent par conséquent la neurotoxicité, l’inflammation et les problèmes gastro-intestinaux. Les extraits riches en flavonoïdes de millepertuis sont efficaces contre l’apoptose induite par le peroxyde d’hydrogène dans certaines cellules. Des extraits standard de millepertuis peuvent empêcher la fragmentation de l’ADN et le rétrécissement des cellules en raison de l’activité du peroxyde d’hydrogène. Ainsi, les extraits riches en flavonoïdes de millepertuis peuvent traiter efficacement les troubles neurodégénératifs liés au stress oxydatif tels que les maladies de Parkinson et d’Alzheimer. (1)

Activité anti-inflammatoire et gastro-protectrice du millepertuis

Le millepertuis semble prometteur en tant qu’agent anti-inflammatoire. Des rats nourris à base de millepertuis ont montré une diminution des taux d’enzymes sanguines et intestinales associés à une inflammation du côlon et une incidence plus faible d’ulcères gastriques. La quercétine et un biflavone (I3,II8-biapigénine), qui sont les deux principaux extraits d’huile de millepertuis, ont montré une activité anti-inflammatoire et gastro protectrice intéressante. (1)

Millepertuis : avis consommateur et études réalisées

Nous serions ravis d’avoir votre témoignage sur le millepertuis ! N’hésitez pas à nous laisser des commentaires pour nous expliquer s’il vous a aidé à sortir de la dépression plus facilement. Certaines personnes s’en servent comme transition des antidépresseurs médicamenteux.

Où trouver du millepertuis de qualité ?

Si vous souhaitez acheter du millepertuis, il est important de savoir si celui-ci est titré en hypéricine ou en hyperforine ainsi que si vous disposez des certificats d’analyses vous indiquant sa pureté.

Nous vous conseillons le millepertuis en gélules de la marque Anastore. Leur produit est 100% naturel et une gélule contient 230 mg d’extrait sec de fleur de millepertuis (Hypericum perforatum L.) titré à 0.3% en hypéricine ce qui assure un maximum d’efficacité.

se rendre sur anastore.com


Anastore détient une note de 4,7/5 basée sur plus de 7000 avis

Comment prendre le millepertuis ? Posologie

La dose de millepertuis à prendre doit être déterminée par l’état de santé de la personne et par un naturopathe ou professionnel de la santé. Pour profiter des bienfaits du millepertuis de manière générale ou pour combattre la dépression légère à modérée, il est conseillé de prendre des extraits titrés de millepertuis, contenant 3% d’hyperforine ou 0,2 % à 0,3 % d’hypéricine (dosage réparti en 3 prises de 300 mg), pendant une durée de 6 semaines. (7).

Si vous achetez le millepertuis sous forme d’extrait en gélules, nous vous conseillons dans tous les cas, de commencer par suivre les indications du vendeur et si les effets ne se font pas sentir au bout de 2 à 3 semaines, il est possible d’augmenter petit à petit mais toujours après consultation d’un professionnel de la santé.

Vous pouvez aussi trouver le millepertuis sous forme de plantes ou de tisanes pour en faire des infusions.

Millepertuis : danger, effets indésirables et contre-indications

Effets secondaires du millepertuis

Des doses normales de millepertuis ont relativement peu d’effets secondaires. Quelques fois des effets peuvent survenir comme des symptômes gastro-intestinaux, des réactions allergiques, des étourdissements, de la confusion, de l’agitation, de la léthargie ou la sécheresse de la bouche. Ces effets sont généralement légers, modérés ou transitoires.

L’hypéricine a un effet phototoxique unique qui peut entraîner une photodermatose lorsqu’elle est prise à fortes doses. Une phototoxicité cutanée excessive a été observée avec des doses élevées d’hypéricine (0,5 mg/kg de poids corporel) associées aux traitements contre le SIDA. Les doses normales de millepertuis prises pour une dépression légère n’ont aucun effet phototoxique associé significatif.

Des recherches récentes utilisant des approches in vitro suggèrent que l’utilisation excessive de millepertuis peut avoir des effets phototoxiques sur l’œil. Cependant, aucun effet indésirable de millepertuis sur la vision n’a été rapporté en milieu clinique. Néanmoins, les personnes consommant du millepertuis devraient prendre des précautions normales pour protéger leurs yeux contre une exposition excessive au soleil. (1)

Contre-indications du millepertuis

Il est nécessaire de prendre des précautions lorsqu’il s’agit de certains médicaments. Des interactions médicamenteuses (8) ont été observées dans le cas de l’utilisation concomitante du millepertuis et de la digoxine, de la théophylline, des anti-vitamines K, de la ciclosporine, et des contraceptifs oraux.

La consommation de millepertuis n’est pas recommandée pour les patients sous antidépresseurs classiques sans l’avis d’un professionnel de la santé. Enfin, il est recommandé de ne pas consommer de millepertuis pendant la grossesse et l’allaitement et chez les enfants et les jeunes de moins de 18 ans. (9)

Sources

  1. Herbal Medicine: Biomolecular and Clinical Aspects. 2nd edition. Chapter 11 Medical Attributes of St. John’s Wort (Hypericum perforatum) Kenneth M. Klemow, Andrew Bartlow, Justin Crawford, Neil Kocher, Jay Shah, and Michael Ritsick.
  2. Effects of long-term administration of hypericum extracts on the affinity and density of the central serotonergic 5-HT1 A and 5-HT2 A receptors. Teufel-Mayer R, Gleitz J.
  3. St. John’s wort in mild to moderate depression: the relevance of hyperforin for the clinical efficacy. Laakmann G, Schüle C, Baghai T, Kieser M.
  4. Mishenkova E. L, Derbentseva N. A, Garagulya A. D, Litvin L. N. Antiviral properties of St. John’s wort and preparations produced from it. Transactions of the Congress of Microbiologists of the Ukraine. 1975;4:222–322.
  5. Novel therapeutic and diagnostic applications of hypocrellins and hypericins. Diwu Z.
  6. Inhibition of tumour cell growth by hyperforin, a novel anticancer drug from St. John’s wort that acts by induction of apoptosis. Schempp CM, Kirkin V, Simon-Haarhaus B, Kersten A, Kiss J, Termeer CC, Gilb B, Kaufmann T, Borner C, Sleeman JP, Simon JC.
  7. Acute treatment of moderate to severe depression with hypericum extract WS 5570 (St John’s wort): randomised controlled double blind non-inferiority trial versus paroxetine.
    Szegedi A, Kohnen R, Dienel A, Kieser M
  8. Risques liés à l’utilisation du millepertuis. Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).
  9. BASE DE DONNÉES PUBLIQUE DES MÉDICAMENTS, Ministère des solidarités et de la santé,