Les dangers de la maca : contre-indications, effets secondaires et effets indésirables

des tubercules de maca jaunes

L’intérêt pour la maca a augmenté dans le monde entier au cours des 10 dernières années. Cet intérêt accru pour la maca s’est également accompagné de préoccupations en matière de sécurité.

Maca : Toxicité et alcaloïdes

L’étude Piacente et al. (2002) décrit la présence d’acide 1,2,3,4-tetrahydro-I-methyl-B-carboline-carboxylique (MTCA) dans des tubercules de maca. À propos de cette découverte, les auteurs ont formulé des généralisations sur l’action de la MTCA, suggérant qu’elle pouvait être toxique. Il a été suggéré que ce composé, appartenant à la famille des tétrahydro-β-carbolines, serait un inhibiteur de l’enzyme monoamine oxydase (MAO) et qu’il serait co-mutagène ou précurseur de composés mutagènes. Ces mutagènes pourraient provoquer la mort neuronale. Il est également mentionné que les tétrahydro-β-carbolines pourraient jouer un rôle essentiel dans l’état de manque associé aux addictions.

Ces affirmations ont motivé l’Agence française de sécurité sanitaire (AFFSA) à émettre une alerte sur le risque pour la santé du consommateur d’utiliser les racines pulvérisées de maca. L’alerte décrit un alcaloïde dérivé de la MTCA qui inhibe la MAO et peut entraîner la mort neuronale.

Cependant, la MTCA concerne également des fruits comme les oranges, les pamplemousses et les jus de fruits, qui sont pourtant fréquemment consommés en raison de leurs propriétés favorables sur la santé. La MTCA a été également décrite sur l’extrait d’ail fermenté et sa concentration augmente avec le temps, augmentant à son tour son activité antioxydante. De plus, la MTCA est détectée dans plusieurs aliments et, dans certains cas, à des concentrations relativement élevées (supérieures à celles trouvées par Piacente chez la maca), ce qui suggère que les allégations sont surestimées.

Dans un article récent, plusieurs arguments indiquent que la MTCA dans la maca est sûre, notamment après consommation traditionnelle de la maca, c’est à dire, ébullition.

La consommation de maca ne doit pas susciter d’inquiétude, étant donné que, comme indiqué dans l’alerte française, aucune toxicité n’a été rapportée dans le cas d’une consommation traditionnelle de maca nécessitant un processus d’ébullition.

Garanties de consommation sans risque de toxicité

Ainsi, afin de garantir une totale absence de risque de toxicité pour le consommateur, l’AFSSA a décidé d’établir une liste de critères à respecter pour les fabricants de compléments alimentaires utilisant de la poudre de maca, notamment :

      • La période de récolte ;
      • Le procédé de fabrication de la poudre et la standardisation de ce procédé ;
      • Une caractérisation de la composition chimique de la poudre de racine de maca utilisée dans le produit fini ;
      • La concentration de la poudre dans le produit fini ;
      • Les éléments de traçabilité de l’identification botanique de la plante à toutes les étapes de la production ou de la présentation du produit. L’AFSSA estime que pour éviter les risques liés à la substitution de l’espèce traditionnellement consommée, la dénomination scientifique, Lepidium meyenii Walpers ou Lepidium peruvianum Chacon, doit être vérifiée.

En France, aucun fabricant, ayant légalement déclaré ses produits auprès de la DGCCRF, ne peut donc vendre un produit qui pourrait comporter le moindre risque pour le consommateur.

Études de toxicité de la maca sur des rats

Dans une étude effectuée sur des rats ayant pour but de démontrer l’efficacité de la maca, en fonction de sa couleur, concernant l’augmentation de spermatozoïdes et de tester la non-toxicité de la maca à des doses élevées (1g/kg de poids), voici ce qu’ils ont pu constater :

Les résultats chez le rat montrent que différents types de maca (noir, rouge et jaune) ne présentent aucune toxicité aiguë à inférieur ou égal 17g d’hypocotyles séchés (la partie de la tige située entre sa base et les premières feuilles de la plante) /kg de poids corporel.
Les rats traités de façon chronique pendant 84 jours avec 1g/kg de poids corporel n’ont montré aucun effet secondaire et une image histologique du foie semblable à celle observée initialement.
À la fin du traitement, la production quotidienne de sperme, le nombre de spermatozoïdes épididymaire et le nombre de spermatozoïdes dans le canal déférent ont été évalués et on constate effectivement une augmentation significative selon le type de maca.

Pour découvrir les résultats de cette étude, rendez-vous sur notre article “Maca rouge, jaune ou noir ?

Études de toxicité de la maca sur des Hommes

Des données ont été récupérées concernant la consommation de maca, sur une population de 600 sujets dans les Andes centrales péruviennes. Elles ont montré que la consommation de maca était sans danger et que l’état de santé chez les personnes en consommant quotidiennement était amélioré.

Toutefois, nous pensons que ces données sont à pondérer car il faut prendre en compte le fait que les péruviens consomment cette racine depuis des milliers d’années quotidiennement, ce qui n’est pas le cas des Européens. Une consommation aussi fréquente peut atténuer certains effets indésirables, c’est ce qu’on appelle l’accoutumance. Il s’agit d’un processus d’adaptation de l’organisme à une substance même toxique. Cette accoutumance se manifeste par un affaiblissement ou même un épuisement de la réponse à ce stimulus à mesure que l’organisme y est confronté.

Interactions de la maca avec d’autres médicaments ou substances

En cas de traitement médical

L’un des plus importants dangers de la maca, peut s’avérer être une mauvaise association de substances, notamment en cas de traitement médical concomitant avec la consommation de maca. Pour le moment, aucune interaction n’a encore été décelée concernant ce problème, mais cela est principalement dû aux manques d’études effectuées sur ce sujet.

Il est donc essentiel, pour toutes personnes sous traitement médical, de demander l’avis d’un professionnel de la santé avant de s’automédiquer en maca.

Associations de la maca avec des plantes

Pour plus d’informations concernant les associations de plantes possibles avec la maca, rendez-vous sur notre article : Le Maca : bienfaits, propriétés, vertus, posologie, avis (guide complet)

Maca et grossesse

La maca avant la grossesse

Il est vivement conseillé de faire une cure de maca lorsqu’un couple veut avoir des enfants. Une cure de 8 semaines chez l’homme comme chez la femme, peut significativement augmenter les chances de la femme de tomber enceinte.

La maca pendant et après la grossesse

Même s’il paraît intéressant de consommer de la maca afin de profiter de ses nombreux nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments,…), aucune étude n’a encore prouvé que sa consommation lors de grossesse pouvait avoir un effet bénéfique ou négatif sur l’organisme de la mère et de son bébé. De plus, il est bon de se remémorer que la maca contient des adaptogènes qui imitent les hormones comme l’oestrogène par exemple et qui régulent le manque d’équilibre hormonal. Il faut donc être très prudents lorsque l’on sait qu’une grossesse est déjà synonyme de grand bouleversement hormonal.

Dans l’absence de données sur lesquelles s’appuyer, il est donc nécessaire pour toute future maman voulant se supplémenter en maca lors de sa grossesse, d’en parler avec un professionnel de la santé avant de s’automédiquer.

C’est donc à la maman et à son médecin de prendre la décision concernant la supplémentation en maca lors de la grossesse et de l’allaitement.

Maca, hypertension et problèmes métaboliques

Dans une étude chez des patients atteints de syndrome métabolique, l’administration de maca à une dose de 0,6 g/jour pendant 90 jours a entraîné une élévation modérée de l’Aspartate aminotransférase (AST) et de la pression artérielle diastolique.

Il est donc déconseillé de consommer de la racine de maca en cas de problème de métabolisme, ou d’hypertension.

Maca, combien de temps puis-je en prendre sans danger ?

Comme nous l’avons vu précédemment, les péruviens consomment la maca quotidiennement sans aucun effets indésirables et à des doses plus élevées que celles recommandées par la plupart des vendeurs de compléments alimentaires. Toutefois, en tant qu’ Européens, n’étant pas accoutumés à ce genre de consommation, il est conseillé de suivres les instructions que vous trouverez sur le produit que vous allez acheté.

En général, nous conseillons de faire des cures de 8 semaines lorsqu’il s’agit d’extraits concentrés et jusqu’à 12 semaines, s’il s’agit de poudre de maca. Les effets étant plus rapide avec les extraits concentrés contenus dans les gélules. Les études Gonzalez (2002) ont montré des effets ressentis après 4 semaines de consommation et ont été multiplié après 2 mois. Vous pouvez renouveler cette cure 2 fois par an.

En résumé

  • Toxicité : La consommation de maca ne doit pas susciter d’inquiétude, étant donné que, comme indiqué par l’Afssa, aucune toxicité n’a été rapportée dans le cas d’une consommation traditionnelle de maca nécessitant un processus d’ébullition.
  • Association à un traitement médical : Il est essentiel, pour toutes personnes sous traitement médical, de demander l’avis d’un professionnel de la santé avant de s’automédiquer en maca.
  • Consommation pendant la grossesse et l’allaitement : C’est à la maman et à son médecin de prendre la décision concernant la supplémentation en maca lors de la grossesse et de l’allaitement.
  • Personnes souffrant d’hypertension et de problème métaboliques : Il est déconseillé de consommer de la racine de maca
  • Cure, dose : Il ne faut pas excéder la dose journalière conseillée par les distributeurs de produits à base de maca et il est possible de faire 2 cures par an.
Maca biologique, extrait concentré !

Vous souhaitez acheter du maca bio ?

Nous vous conseillons la marque Anastore pour sa qualité irréprochable et ses résultats prometteurs !
VISITER ANASTORE.COM
close-link