Coronavirus : origine, nombre de cas, traitements possibles, on vous dit tout

Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été informée d’une épidémie de « pneumonie de cause inconnue » détectée dans la ville de Wuhan, la septième plus grande ville de Chine avec 11 millions d’habitants. À ce jour, il y a plus de 100.000 cas de Covid-2019 confirmés dans le monde, y compris sur tous les continents. Alors qu’est-ce que le coronavirus dont parle tous les médias ?

Qu’est-ce que le coronavirus ?

Les coronavirus sont un grand groupe de virus et infectent de nombreuses espèces de mammifères et d’oiseaux. Seuls, cinq coronavirus infectent actuellement l’homme : les HCoV 229E et OC43, le SRAS-CoV et les HCoV NL63 et HKU1.

Origine du Coronavirus

Les premiers individus infectés signalés, dont certains présentaient des symptômes dès le 8 décembre, se trouvaient parmi les marchands du marché des fruits de mer de Wuhan en Chine du Sud. Le virus à l’origine de l’épidémie a rapidement été déterminé comme étant un nouveau coronavirus. Le 10 janvier, le séquençage des gènes a déterminé qu’il s’agissait du nouveau coronavirus de Wuhan, à savoir 2019-nCoV ou Covid-19, un betacoronavirus, lié au virus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et au virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SARSCoV). Cependant, la mortalité et la transmissibilité exactes du Covid-19 sont encore inconnues et susceptibles de différer de celles des coronavirus précédemment référencés.

Taux de mortalité du coronavirus CoVid-19

Le taux de mortalité se situe entre 2% et 3%, mais il est difficile de le calculer, car on manque de données. On détecte de nouveaux cas tous les jours et on déplore également de nouveaux décès tous les jours. De plus, on ne connaît pas la proportion des personnes asymptomatiques, ni celle des personnes qui ont des symptômes modérés et ne sont pas allées consulter. Le nombre de cas réel pourrait donc être beaucoup plus important que les cas officiels, et le taux de mortalité réel, bien plus faible.

Nombre actuel de personnes décédées dans le monde du coronavirus

Le virus a pour l’heure coûté la vie à au moins 3408 personnes. D’après les derniers chiffres officiels, dont plus de 3000 victimes ont été recensées en Chine. Mais l’épidémie s’étend, avec plusieurs décès dans d’autres pays du monde: 148 en Italie, 107 en Iran, 35 en Corée du Sud, principal foyer en dehors de la Chine en terme de personnes contaminés et 9 en France.

Voici une carte recensant le nombre de cas dans le monde par pays.

Quels sont les symptômes du coronavirus ?

La maladie est bénigne dans 80,9 % des cas, « grave » dans 13,8 % des cas et « critique » dans 4,7 % des cas. Dans la majorité des cas, elle entraîne des symptômes bénins ou modérés (toux, fièvre, fatigue…), mais dans les cas les plus graves, les patients peuvent entrer en détresse respiratoire aiguë sévère ou être victimes d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance de plusieurs organes, pouvant entraîner un décès.

Qui sont les personnes qui peuvent être touchées par le virus ?

Certaines catégories de la population sont toutefois nettement plus à risque, selon les données disponibles. L’analyse la plus complète à ce jour, publiée le 17 février par les autorités chinoises puis le 24 février dans la revue médicale américaine Jama, montre ainsi que le taux de mortalité augmente nettement avec l’âge.

Les personnes âgées, notamment de plus 80 ans, premières cibles du virus

Les personnes âgées de plus de 80 ans sont les plus à risque, avec un taux de mortalité de 14,8 %.

Les enfants, épargnés par le coronavirus

Aucun décès n’est à déplorer parmi les enfants de moins de 10 ans, même si au moins deux nouveau-nés ont été contaminés dans le ventre de leur mère.

Les jeunes adultes concernés par le coronavirus ?

Jusqu’à 39 ans, le taux de mortalité reste très bas, à 0,2 %, puis s’élève progressivement avec l’âge.

Les hommes, dont les fumeurs, plus menacés que les femmes

Les hommes sont plus menacés que les femmes par une issue fatale (2,8 % contre 1,7 %). Cela pourrait s’expliquer par la proportion plus élevée de fumeurs parmi les hommes, le tabac figurant parmi les paramètres qui augmentent le risque de décès. Des différences de comportement ou de réponse immunitaire sont aussi avancées comme hypothèses.

Les personnes souffrant de maladies chroniques, également plus à risque

Les patients déjà atteints de maladies cardiovasculaires sont les plus menacés par une issue fatale, devant les diabétiques ou les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques ou d’hypertension. Le taux de mortalité grimpe ainsi à 6,3% chez les patients atteints de maladie respiratoire (insuffisance respiratoire, asthme, bronchopneumopathie chronique obstructive…). Il est même de 10,5% chez ceux qui présentent une maladie cardio-vasculaire (insuffisance cardiaque, antécédent d’AVC ou d’infarctus…) et de 7,3% chez les personnes diabétiques. Les patients avec de l’hypertension (6%) ou un cancer (5,6%) présentent aussi un taux de mortalité plus élevé, alors qu’il tombe à 0,9% chez les personnes en bonne santé.

Est-il possible d’empêcher le coronavirus et comment prévenir son infection ?

Il est probablement possible de ralentir l’épidémie, mais compliqué de la stopper. Selon son évolution, il sera alors envisageable de mettre en place des mesures plus fortes visant les écoles, les grands rassemblements, les transports, les lieux publics, afin d’établir une « distance sociale » entre les personnes. Ce n’est pas encore le cas, mais cela commence à prendre forme avec les consignes données aux personnes qui rentrent de régions à risques (dont la liste est régulièrement mise à jour par les autorités), à qui il est conseillé de s’isoler pendant 14 jours.

Adopter les bons réflexes pour lutter contre la propagation du virus

L’OMS recommande de bien se laver les mains plusieurs fois par jour, notamment après chaque passage dans des lieux publiques (transports en commun, toilettes, restaurants,…) mais également d’éviter de se toucher le visage, notamment les muqueuses (yeux, nez, oreilles, bouches…)

Il n’est toutefois pas conseillé de porter des masques si vous n’êtes pas contagieux. En effet, même si le port du masque est fortement conseillé aux personnes atteintes du Covid-19 afin de ne pas contaminer plus de personnes en toussant ou éternuant, il est presque inutil pour les personnes non atteintes. Pour qu’il soit effectif, il faudrait un masque FFP2 ou FFP3, renouvelé assez souvent et nous rappelons que ces masques sont nécessaires au corps médical qui est constamment en contact avec des personnes contaminées.

Il est également important d’avoir une bonne hygiène de vie

Le coronavirus est une maladie virale qui touche principalement, comme nous l’avons vu les personnes les plus fragiles, probablement lié à un système immunitaire plus faible. Avoir une bonne hygiène de vie telle qu’une alimentation équilibrée, un sommeil suffisant et réparateur pourront bien-entendu vous rendre plus apte à lutter contre les virus.

Peut-on guérir du coronavirus et comment ?

Bien-entendu, toutes les personnes ayant été atteintes du virus jusqu’à ce jour ne sont pas décédées et il est possible d’en guérir. Pour le moment, il n’existe pas de médicaments ou de vaccins mais les recherches sont en cours.

Des vaccins et des médicaments en recherche

Des essais cliniques faisant intervenir des antiviraux sont en cours, comme le Remdesivir, testé contre Ebola, ou l’association de deux antiviraux, le Lopinavir et le Ritonavir, qui ont été utilisés contre le VIH, ou encore l’interféron bêta. Il faudra attendre les résultats, qui ne seront connus que dans plusieurs semaines, pour pouvoir dire quelles molécules il faut utiliser pour soigner les malades. Pour l’instant, on ne peut pas en recommander une en particulier.

Concernant les vaccins, les recherches sont lancées, mais elles s’inscrivent dans un plus long terme. Plusieurs compagnies pharmaceutiques s’y sont attelées, mais cela prendra probablement au minimum douze ou dix-huit mois avant qu’on puisse obtenir des résultats.

Extraire les anticorps des personnes guéries du Coronavirus

D’autres méthodes sont explorées, les autorités chinoises ont notamment demandé aux personnes guéries de donner leur sang afin d’en extraire le plasma pour soigner les malades. En effet, le plasma des anciens patients infectés par la maladie Covid-19 contient des anticorps qui pourraient permettre de diminuer la charge virale chez les personnes sévèrement atteintes.

En attendant de trouver une réelle solution, il est très important d’appliquer correctement les consignes sanitaires, notamment le port du masque pour les personnes malades, et le lavage des mains, très fréquent et consciencieux, pour tout le monde.

Mon chat ou mon chien peut-il être infecté du coronavirus ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) affirme qu’il « n’y a aucune preuve montrant que les animaux de compagnie tels que les chats et les chiens peuvent contracter le nouveau coronavirus ».

Toutefois, le chien d’une femme atteinte du coronavirus a été placé en quarantaine à Hong Kong après que des échantillons prélevés sur l’animal ont été testés positifs au coronavirus, ont annoncé vendredi les autorités, même si aucun risque de contagion de l’animal de compagnie à l’homme n’est avéré.

Le chien ne présente d’ailleurs aucun symptôme de la maladie, a souligné le ministère hongkongais de l’Agriculture, des Pêches et de la Protection de l’environnement. Le département Agriculture, pêche et conservation (AFCD) conseille d’ailleurs le placement en quarantaine des animaux de compagnie des patients infectés durant 14 jours par mesure de précaution. Il est également recommandé aux propriétaires d’animaux de compagnie de se laver soigneusement les mains après avoir été en contact avec leur animal.

Nos animaux peuvent-ils nous transmettre le coronavirus ?

La réponse est complexe. Logiquement, à partir du moment où un animal est contaminé, le risque existe puisque, nous l’avons vu, le virus se transmet de l’animal à l’homme. Toutefois, tant que nous ignorons si les chiens et les chats sont réelement infectables ou non au coronavirus Covid-19, il est impossible de savoir s’ils peuvent être ou non le relais de la maladie.

Les coronavirus spécifiques aux animaux, non transmissibles à l’homme

Les chats et chiens peuvent être contaminés par des virus spécifiques aux animaux, dont notamment pour le chat deux virus de la famille des coronavirus : le FeCV (Feline Enteric Coronavirus) et le FIPV (Feline Infectious Peritonitis Virus). Les coronavirus félins ne sont pas transmissibles à l’homme.

La transmission entre chats du coronavirus félin (FeCV ou FIPV) se fait via les selles : cela concerne notamment les chats vivant en collectivité, dans les refuges ou élevages, partageant la même litière..

Dans ce cas, le coronavirus se multiplie dans l’intestin du chat et peut ensuite entraîner des symptômes caractéristiques comme un amaigrissement, une déshydratation, des vomissements, de la diarrhée (potentiellement hémorragique en cas d’infection grave), et plus rarement : de la fièvre, des signes cardiaques et/ou respiratoires, des troubles de la vision.

Puis-je être contaminé(e) par le coronavirus si je commande des produits de Chine ?

Le risque de contamination par un bien de consommation reste relativement limité, voire inexistant.

La voie de transmission principale s’effectue à partir d’aérosols, particules en suspension, quand on tousse par exemple. Si l’on touche sa bouche ou son nez avec ses mains, il n’est donc pas exclu que l’on contamine aussi des surfaces. De ce point de vue, les colis provenant de Chine peuvent donc être souillés par des sécrétions respiratoires.

Pour autant, les chances de contamination sont minimes. Tout d’abord parce que les règles d’hygiène dans les entreprises chinoises sont très strictes, indique un chercheur de l’Institut Pasteur. Surtout, les conditions de transport vers la France ne laissent quasiment aucune chance à la survie du virus.

Ensuite, du fait du temps de transport et de la dégradation du virus. Selon les premiers éléments à disposition, le nouveau coronavirus semble plus proche du SRAS dont le temps de dégradation était d’environ 1 semaine. La direction générale de la Santé, une entité du ministère de la Santé, indique que le 2019-nCoV « peut survivre quelques heures dans l’environnement, voire quelques jours dans les milieux humides. »

Or dans tous les cas, soit l’envoi est réalisé par bateau est le délai est trop long pour la survie du virus, soit l’envoi est réalisé par avion et les conditions dans la soute (air sec) ne sont pas favorables à la survie du virus.

Un spécialiste de l’importation pour une entreprise de jouets nous le confirme. La majorité des biens en provenance de Chine s’effectue par bateau or, selon ses estimations, il faut au moins quatre semaines pour que les produits arrivent à destination. Une à deux semaines de la sortie d’usine à l’embarquement, le temps d’acheminer les biens au port et de remplir les containers, puis de 23 à 30 jours de transports. Une fois arrivé en France, ils reste encore à effectuer les démarches administratives. Pour ce qui est du fret ferroviaire, les délais sont de 2 à 3 semaines, ce qui ne laisse pas non plus de chance de survie au virus.

Je pense être atteint(e) du coronavirus, que dois-je faire ?

Si vous présentez des symptômes de toux, fièvre ou problèmes respiratoires, il est important de rester calme et de ne pas paniquer. Ces symptômes peuvent être associés à d’autres maladies, comme la grippe ou le rhume tout simplement. Pour commencer, il est important de limiter la contamination, en portant un masque par exemple, en vous lavant les mains très souvent, en vous mouchant dans des mouchoirs jetables et en éternuant dans votre coude plutôt que dans vos mains. Il est également important d’éviter le contact avec vos proches en attendant d’avoir été examiné(e).

Un numéro vert répond à vos questions sur le Coronavirus COVID-19 en permanence, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000. Attention, la plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux, si vous présentez des signes d’infections respiratoires dans les 14 jours suivant votre retour de Chine, de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran ou d’Italie, ou après avoir été en contact avec une personne contaminée, il faut appeler le 15.

 

Sources

Informations Coronavirus, Gouvernement Français 

Vital Surveillances: The Epidemiological Characteristics of an Outbreak of 2019 Novel Coronavirus Diseases (COVID-19) — China, 2020 

Coronavirus, OMS.

Medical Microbiology. 4th edition. Chapter 60Coronaviruses 

Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China.

Detection of 2019 novel coronavirus (2019-nCoV) by real-time RT-PCR 

Compléments alimentaires de qualité !

Vous souhaitez booster votre système immunitaire ?

Nous vous conseillons la marque Anastore pour sa gamme très complète et ses prix accessibles !
Et profitez de -10% avec notre code: 1P1R10
VISITER ANASTORE.COM
close-link